Posts tagged MacDo

Questionnaire d’embauche

Voici les réponses d’un candidat pour un dossier d’embauche chez Mac Donald.

Selon la rumeur, il s’agirait bien entendu d’une histoire vraie et l’auteur du dossier a été embauché. Pourrait-on être philosophe humoriste et travailler dans un empire de la restauration rapide?

1. NOM, PRENOM : Jancqueur, Hervé

2. AGE : 28 ans

3. POSITION DEMANDEE : Horizontale le plus souvent possible. Plus sérieusement, n’importe quoi. Si j’avais vraiment la possibilité d’être exigeant, je ne serais pas ici.

4. PRETENTIONS SALARIALES : 800 KF par an plus des actions de la compagnie payable d’avance. Si ce n’est pas possible, faites moi une proposition, nous négocierons.

5. EDUCATION : Oui.

6. DERNIER EMPLOI OCCUPE : Cible de prédilection pour un cadre moyen sadique.

7. MONTANT DU DERNIER SALAIRE : Beaucoup moins que ma valeur réelle.

8. REALISATIONS NOTOIRES (dans le cadre de cet emploi) : Une incroyable collection de stylos volés, exhibée en ce moment dans mon appartement.

9. RAISONS DU DEPART : Voir question 6.

10. HORAIRES DE DISPONIBILITE : N’importe quand.

11. HORAIRES SOUHAITES : De 13 à 15 heures, lundi, mardi et jeudi.

12. AVEZ-VOUS DES DISPOSITIONS PARTICULIERES : Oui, on me l’a fait comprendre. Mais elles s’expriment beaucoup mieux dans un environnement plus intime qu’un fast-food.

13. POUVONS-NOUS CONTACTER VOTRE EMPLOYEUR ACTUEL : Si j’en avais un, je ne serais pas ici.

14. VOTRE CONDITION PHYSIQUE VOUS EMPECHE-T-ELLE DE SOULEVER PLUS DE 20KG : Ca dépend, 20 Kg de quoi ?

15. AVEZ-VOUS UNE VOITURE : Oui. Mais la question est mal formulée. Il faudrait plutôt demander « Avez-vous une voiture en état de rouler ? » La réponse serait sans doute différente mais ce n’est pas la question posée.

16. AVEZ-VOUS DEJA REMPORTE UN CONCOURS OU OBTENU UNE DISTINCTION : Pas de distinction mais j’ai déjà obtenu deux fois les 3 bons numéros au loto !

17. EST-CE QUE VOUS FUMEZ : Seulement lorsqu’on m’embrasse.

18. QUE SOUHAITEZ-VOUS FAIRE DANS CINQ ANS : Vivre aux Bahamas avec un Top-Model richissime et qui m’adore. A dire vrai, j’aimerais même faire cela dès maintenant si vous avez une solution.

19. CERTIFIEZ-VOUS QUE TOUS LES RENSEIGNEMENTS CI-DESSUS SONT EXACTS : Non, mais je vous défie de prouver le contraire.

20. QUELLE EST LA MOTIVATION PRINCIPALE DE VOTRE CANDIDATURE : J’ai deux versions un peu contradictoires :
1. L’amour des causes justes, l’humanisme et un désir profond d’aider mon prochain a se restaurer,
2. Un fort endettement.

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone

Les « Gros Mots »

Hier (la date n’as absolument aucune importance, mais je la dis quand même), j’ai entendu une des mes nièces dire ce que l’on appelle un « gros mots » (ça m’a toujours fait rire de dire ce terme. Genre « LOL, c’est un mot qui a été trop souvent au MacDo !! »).
Je ne me souviens plus lequel c’était, et même si c’était le cas, il n’y aurait aucun intérêt à le répéter ici.

Toujours est-il que je me suis posé la question : Pourquoi des mots comme « merde », « connard », etc, sont devenus tabou, interdit a prononcer devant des personnes qu’on ne connaît pas, ou des personnes qui sont qualifié de « poli » ?

La réponse m’a été tout de suite évident : Parce que on interdit les gens de les dire.
Très jeune, on est bridé à ce niveau, on nous empêche de le dire, on nous dit que « c’est mal, pas bien, caca boudin » de dire ça.
Résultat: Ces mots deviennent interdit, hors-la-loi (non, quand même pas, mais bon). On se plaît donc à les prononcer, pour montrer qu’on est rebelle (wesh chui un true rebelzzzz laule).
C’est bête et méchant, mais ça nous plaît, ça nous fait rire. Ce sont des mots « rigolos » quand on est jeune.

Mais alors, la question est de savoir : Si ils n’étaient pas interdit, aurions nous le droit de les prononcer ? Ça me parait évident. Avec un commun effort (celui de tous les français, entre autre, donc, y a du boulot), on peut interdire de prononcer n’importe quel mot à nos futurs enfants. Résultat, au bout de quelques années, un nouveau gros mot se sera rajouté à notre vocabulaire.

Mais que faire pour empêcher les gros mots ?
Personnellement, j’ai trouvé 2 solutions, assez réalisables et marrantes.
La 1ere consisterait à autoriser la prononciation de tous les mots.
Pas de tabous, pas d’envie d’être rebelle en bravant ces tabous. Il n’y aurait plus d’intérêt a dire « merde » si on ne nous l’as pas interdit quelques années plus tôt.
La 2eme solution m’a fait marrer, quand j’y ai pensé, mais je pense qu’elle se tient. Il « suffirait » d’interdire des mots qui sont d’un vocabulaire plus soutenu  (genre, « étron », « péripatéticienne », etc…).
Imaginez a quel point ce serait surprenant de voir (et surtout d’entendre) un jeune dire : « Gros étron, ta génitrice la péripatéticienne, je te sodomise ».
C’est tout de suite moins choquant, non ?

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone
Go to Top