Chevalier, Dragon, Princesse, Metal

L’enoncé du probleme est dans le titre. Vous avez 3h, et je veux  une réponse en Joules. Et pour les auditeurs qui me lisent depuis chez eux, un indice : Castor Bleu.

Qu’est-ce donc que ce titre bizarre ?

Si vous êtes un inconditionnel d’Internet (nolife/geek/sans ami, choisissez 3), vous connaissez surement ce texte. Dans le metal normal (c’est normal, ce machin ? :twisted: ), le chevalier va au chateau pour sauver la princesse, prisonniere d’un dragon. Et ci-dessous, vous trouverez l’adaptation de l’histoire, selon le type de metal. Alors oui, c’est du vu, revu, et rerevu (de presse), mais si tout le monde l’as sur son blog, pourquoi pas moi ?




:arrow: POWER METAL : Le chevalier arrive sur une licorne blanche, parvient à déjouer les plans du dragon, sauve la princesse et lui fait l’amour dans une forêt enchantée.



:arrow: TRASH METAL : Le chevalier arrive, se bat contre le dragon, sauve la princesse et la baise.



:arrow: HEAVY METAL : Le chevalier arrive sur une Harley Davidson, tue le dragon, boit quelques bières et baise la princesse.



:arrow: SPEED METAL : Chevalier-tue-dragon-sauve-princesse-la-baise.



:arrow: HARD ROCK : Le chevalier arrive en short avec une casquette. La princesse se casse dégoutée.



:arrow: BLACK METAL : Le chevalier arrive, tue le dragon et boit son sang, baise la princesse et boit son sang, puis la sacrifie à Satan.



:arrow: SYMPHONIC BLACK METAL : La même chose mais en finesse.



:arrow: HAIR METAL : Le chevalier arrive avec une coiffure 80’s, envoie un baiser à la princesse et se fait croquer par le dragon.



:arrow: FOLK METAL : Le chevalier arrive avec des amis flutistes et violonistes, le dragon s’endort, il sauve la princesse et l’épouse.



:arrow: METAL-INDUS : Le chevalier arrive en pantalon cuir sous un imperméable vinyle, attache le dragon en tenue de bondage, l’insulte en allemand et s’en sert comme d’un lance-flamme pour incendier le chateau, pendant que la princesse, en minijupe immaculée, chante en haut de la tour.



:arrow: DEATH METAL : Le chevalier arrive, tue le dragon, baise la princesse et la tue.



:arrow: BRUTAL DEATH : Le chevalier arrive, tue le dragon, tue la princesse et la baise.



:arrow: GOTHIC METAL : Le chevalier arrive et tue le dragon. La princesse tombe amoureuse de lui, il l’épouse en grandes pompes, le roi lui donne son royaume, il est le héros du peuple, il se suicide sans qu’on sache pourquoi.



:arrow: DOOM METAL : Le chevalier arrive et se suicide. Le dragon mange son corps et la princesse.



:arrow: GOTHIC METAL A CHANTEUSE : Elle charme le dragon par son chant, arrive devant la princesse, lui pique sa robe, lui pique sa place et attend que le batteur de son groupe vienne la délivrer.



:arrow: ALTERNATIVE METAL : Le chevalier arrive, refuse de faire partie du système, dit “fuck you!” à la princesse et repart.



:arrow: VIKING METAL : Le chevalier arrive en bateau, tue le dragon avec une hache à deux mains, le cuit, le mange, viole la princesse et brûle le château.



:arrow: PROGRESSIVE METAL : Le chevalier arrive avec une guitare et joue un solo de 26 minutes, le dragon se tue lui-même par ennui, le chevalier arrive près du lit de la princesse, joue un autre solo, la princesse s’enfuit et va chercher le chevalier heavy metal.



:arrow: ATMOSPHERIC METAL : Les écailles du dragon reflètent la lumière de la Lune, la princesse est à son balcon et jette un regard mélancolique au loin, l’air souffle doucement dans les arbres de la forêt. Pas de chevalier.



:arrow: GLAM METAL : Le chevalier arrive en retard après s’être looké pendant 3 heures, entre pendant que le dragon se tord de rire à sa vue, vole le maquillage de la princesse et peint les murs du château en rose.



:arrow: GRIND METAL : Le chevalier arrive, crie quelque chose de parfaitement incompréhensible pendant 2 minutes et repart.



:arrow: GORE METAL : Le chevalier arrive, tue le dragon en répandant ses entrailles devant le château, baise la princesse et la tue, rebaise le corps mort, tranche son estomac pour en bouffer les tripes, rebaise la carcasse une troisième fois, brûle le cadavre et le rebaise une dernière fois.



:arrow: NEO METAL : Le chevalier arrive, il flippe quand il voit le dragon alors il reste devant les douves, en faisant des gestes obscènes à la princesse. Puis il repart dans la forêt se masturber.



:arrow: TRUE BLACK METAL (A L’ANCIENNE) : Le chevalier arrive bourré, vomit dans les douves. Sacrifie la princesse et commence à draguer lourdement le dragon.



:arrow: TRUE BLACK METAL (NOUVELLE VAGUE) : Le chevalier arrive et commence à expliquer au dragon qu’il n’a rien compris et qu”il est pas “evil”. Il bute la princesse parce qu’elle l’a interrompu. Le dragon, exaspéré, le bouffe malgré ses bracelets à piques. Et pis, faut pas faire mal aux dames, non, faut pas. (on peut être dragon et gentleman, bigre)



:arrow: WHITE CHRISTIAN METAL : Le chevalier est vierge, le dragon est vierge, la princesse est vierge, et finiront tous trois sur le bûcher



D’autres genres plus ou moins dérivés


:arrow: PUNK : Le chevalier à crète rouge arrive complètement défoncer en hurlant.



:arrow: ANARCHIE : Le chevalier butte le dragon à coup de rangers coquées, declenche une baston contre la princesse, la fout KO, la viole et se barre avec le pack de bière que le chevalier heavy métal a oublié sur place.



:arrow: POP ROCK : Le chevalier arrive… puis repart ne sachant pas ce qu’il fout là.



:arrow: RAP : Le chevalier engage un combat de regard avec le dragon (après que celui ci l’aie mal regardé) insulte la mère du dragon, sort son super portable à 400€ pour appeler sa cité, ils démontent le dragon et se font tourner la princesse.



:arrow: TEUFFEUR : Le chevalier arrive dans sa bagnole tunée, détruit le dragon a coup de decibel et tue la princesse par overdose d’extasy.



Et maintenant, mes genres a moi que j’ai trouvé (enfin pas que, je remercie aussi les gens du chan ou je vais) :


:arrow: RAP : Le chevalier arrive dans son cheval benz benz benz avec ailerons a l’arriere et flamme sur les cotés. Il dénonce l’injustice des dragons dans les chateaux pendant que la princesse shake son booty dans un jacquzzi. Puis finalement, il retourne cambrioler des grand-mère.



:arrow: Tecktonik : Le chevalier arrive, en rose fluo, et commence a bouger les bras dans tous les sens pour enrhumer le dragon avec le vent crée. Il meurt transpercé par Don Quichotte qui passait par la et qui l’as pris pour un moulin.



:arrow: Chanson Francaise (merci Kelein) : L’histoire raconte le petit dejeuner du Chevalier. La suite sera pour un autre album.



:arrow: J-Rock/J-Pop : Le chevalier arrive avec une juste feuille de vigne et crie « YATTAAA ». Le dragon se transforme alors en robot, puis balance un kaméhaméha, que le chevalier arrete avec son bras elastique. La princesse l’encourage en defiant les lois de la gravités avec des seins 95R. Finalement, des dizaines de tentacules sort du dragon et commence a dechirer les vetements de la princesse. Le chevalier crie alors « JAPAN IZ SUPERIOR », et par les pouvoirs des Sailor Moon et de la Death Note, tue le dragon.



Et voila pour cet article, fini :cool:


Si vous avez d’autres idées, les commentaires sont tout verts, et meme que je rajouterais vos propositions dans l’article :halo:

Impression…Expression…

Je constate que mes titres sont de moins en moins clairs.

Un article donc, pour vous expliquer l’origine de quelques expressions. Alors oui, vous pouvez connaître leur origine grâce à Google (ce que je fais moi-même, d’ailleurs), mais j’imagine que ce n’est pas une des principales idées qui vous vient a l’esprit lorsque vous naviguez sur Internet. Voici donc une explication de quelques expressions. Si vous en connaissez d’autres (des explications, pas des expressions), lâchez vos commzz.

:arrow: Amuser la galerie

Cette expression remonte au XVeme, a l’époque du Jeu de Paume (et non pas du Jus de Pomme). Il s’agit, pour ceux qui auraient oublié leur cours d’histoire (Serment du Jeu de Paume, toussa toussa), de l’ancêtre du tennis, en quelques sortes. Il consistait en effet a envoyer une balle, avec la paume de la main. Ce jeu étant très prisé a cette époque, on ajoutait, au terrain, des galeries, qui étaient des allés couvertes d’où les spectateurs pouvaient observer les joueurs. Ces mêmes joueurs, pour se faire remarquer et amuser les spectateurs, effectuait plusieurs pirouettes, ou acrobaties, durant la partie. Ainsi, ils « amusaient la galerie ». Par la suite, le sens du mot galerie s’est étendu, pour designer un attroupement de personnes.

:arrow: Annoncer la couleur

Cette expression provient de 1930, où, au bridge, le joueur définissait la « couleur » (chose bizarre d’ailleurs, car pique/trèfle et carreau/cœur sont de la même couleur, il s’agirait plutôt de forme), désignant alors la couleur l’atout. Ainsi, de nos jours, annoncer la couleur revient a dire clairement nos intentions.

Il apparait également qu’a la base, il existait 4 couleurs, à savoir Rouge (Coeur)/Noir (Pique)/Vert (Trefle)/Orange (Carreau). Mais, les fabricants étant de vils rapiats, ont préféré n’utiliser que 2 couleurs, ce qui revenait moins cher. Il semblerait aussi que tout ceci soit lié aux 4 saisons, ainsi qu’aux 4 ordres de la société : Armée, Clergé, Paysans, Commerçants.

:arrow: A la queue leu leu

Pour ceux qui auront eu le bonheur de faire des cours de latin (ce n’est pas mon cas), vous devez savoir que « lupus », donna, au XIeme siècle, les mots « leu » ou « lou ». Ce n’est que 2 siècle plus tard, pour une raison qui m’échappe, qu’on y ajouta un « p », pour donner « loup », bien que la forme « leu » restera jusqu’au XVIeme siècle. Ainsi, « A la queue leu leu » représenteras une marche similaire a celle des loups, se suivant, les uns derrière les autres.

La raison pour laquelle un « p » s’est interposé est en fait simple. Les moines copistes étant payés à la lettre, il n’hésitèrent pas à rajouter plein de lettres double ou muettes, histoire d’être payé quelques roupies de plus.

:arrow: Avoir un chat dans la gorge

A la fin du XIeme siècle, le mot « maton » désignait du lait caillé. Par extension, plus tard, il désigne tous type d’amas, mais également un chat. Ainsi, l’expression d’origine était « Avoir un maton dans la gorge », jeu de mot sur le sens du mot maton. Par la suite, maton a été remplacé par chat, mais l’expression signifie toujours être enroué. Ce que je me demande, en tout cas, c’est si le mot « matou » ne proviendrait justement pas du mot « maton ». Il semblerait que non, et qu’il s’agisse en fait d’une collision paronymique. Par contre, je n’ai aucune idée de ce que peut être une collision paronymique.

:arrow: De but en blanc

Cette expression est d’origine militaire, ou la « butte » représenterais un tas de terre, ou serais placé le canon, alors que le « blanc » représente la cible à atteindre. Ainsi, de but en blanc indique le fait de cherche la trajectoire la mieux adapté pour atteindre la cible le plus rapidement possible. De nos jours, cette expression est donc synonyme de « directement ».

:arrow: Être un blanc bec

Autrefois, être un blanc bec signifiait ne pas avoir de barbe. Or, la barbe était considéré comme un signe de virilité et de modestie. Ainsi, un blanc bec représente un jeune homme ne pouvant pas s’exprimer comme un homme, faute de barbe.

:arrow: L’affaire est dans le sac

Sous l’ancien régime, au terme d’un procès, on réunissait toutes les pièces a conviction et les documents dans de grands sacs de toile ou de cuir. Le juge déclarait alors « L’affaire est dans le sac », pour indiquer qu’on ne reviendrait plus sur celle-ci. On l’utilise de nos jours pour dire indiquer que quelque chose ne peux pas rater, quoi qu’il arrive.

:arrow: La lune de miel

Alors qu’aujourd’hui on l’associe a « Voyage de noce », il en était autrement, il y a de cela 4 siècles. En effet, a Babylone, pendant le mois suivant le mariage, le père devait fournir a son gendre autant de bières que celui-ci demandait. Or, cette bière, le « mead », était notamment fabriqué à base de miel. On appelait ainsi ce mois, le mois de miel. Également, a l’époque, le calendrier était lunaire, et c’est pourquoi l’expression « Lune de miel » fut utilisé.

:arrow: Marquer d’une pierre blanche

Cette expression remonte a l’époque de l’Empire, en France. En effet la participation au service militaire était soit volontaire, soit tiré au sort. Le soldat mettait alors dans un sac contenant des pierres blanches et des pierres noires. Si la pierre qu’il tirait était noire, il devait partir au combat, ou payer quelqu’un de moins riche que lui pour y aller. En revanche, si la pierre était blanche, il était exempté de service militaire. Ainsi, il pouvait se souvenir de ce jour heureux lui a évité la mort. Plus tard, par extension, cette expression peut s’utiliser pour tout évènement important dans sa vie.

Et voila qui achève l’explication de certaines expressions. Il en existe beaucoup d’autres, mais je n’ai pas jugé nécessaire de les mettre, soit parce que je trouvais que l’explication était bancale (tout ce qui est sur Internet n’est pas forcement vrai), soit parce que l’expression ne me plaisait pas.

The video thread : Episode 1 – Les chansons WTF

WTF : What The Fuck ? Traduction Française : C’est quoi ce bordel (CQCB). Ce sigle est la plupart du temps utilisé pour des choses (images, vidéos) totalement dénué de sens.

(extrait du dictionnaire kinexistepa, par Mopral)

Bien, la définition étant aussi claire qu’un Schtroumpf ayant bu du White Spirit (c’est pas forcement clair, mais ça doit être rigolo à voir), je vais vous expliquer le concept en 2 mots : mots-mots. Il s’agira donc de vidéos, qui vous feront dire, en les regardant : « Mais que…je…AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH » (ou quelque chose dans ce goût la). Et pour bien commencer cette session, je vous ferais découvrir pas moins de 10 (oui, dix, dix, DIX, DIX IS SPARTAAAAAA) vidéos sur le thème des chansons. Comme je suis trop choupinou-kawaiiiiii :halo: , toutes les vidéos se trouvent dans « la suite », afin de ne pas trop ralentir cette bouse qui vous sert de PC. A savoir que l’ordre des vidéos est purement aléatoire, il n’y a pas de classement. (suite…)

Go to Top