Attention, cet article a été réalisé avec de vrais morceaux de dépression, il doit être manipulé avec précaution.

Il peut, selon la sensibilité, engendrer différents symptômes tels que suicide, crise de larmes, chute d’humeur, ennui, rire sadique ou neutralité.


Final Fantasy IX – You are not alone!

Pour une fois, le titre est en accord avec le contenu. En effet, je me sens seul. Cette solitude dure déjà depuis plusieurs années, elle n’est pas apparu d’un coup d’un seul.
Je tiens à le préciser tout de suite, quand je dis que je suis seul, je parle de solitude « physique ». Grâce à la magie d’Internet, je connais quelques personnes sur qui je peux compter, des personnes qui ont ma confiance (et c’est assez difficile de l’avoir, étant assez méfiant). C’est sûrement d’ailleurs grâce a ces personnes, qui comblent ma solitude morale, que ma solitude physique reste supportable la plupart du temps. Mais malgré ça, il n’y a personne a mes cotés. Je ne connais pas de vrais « amis » avec qui pouvoir sortir. Je connais, tout au plus, des gens que je côtoie, selon les circonstances (par exemple, entre 2 cours a l’IUT), mais pas des gens avec qui je pourrais dire, par exemple « Tiens, si on sortait, ce soir ? ».
Je me sens seul car si j’ai besoin de compagnie, je ne peux pas en avoir. Je dois attendre que les autres se souviennent de mon existence et m’accordent quelques minutes de leurs temps. J’avais acheté la Wii, pour m’occuper le Week-End, mais j’avais oublié a quel point c’était une console avec laquelle on joue rarement seul. Et c’est une fois acheté, que je me suis rendu compte à quel point je ne connaissais absolument personne que j’appréciais assez (et assez proche de chez moi, évidemment) pouvant partager quelques heures de jeu avec moi. Je reste condamné a jouer seul, comme je l’ai toujours fait. C’est d’ailleurs dans ces moments la que je découvre l’inutilité de mon téléphone portable. Les seuls SMS que je reçois proviennent presque tous de SFR, et les appels sont pratiquement toutes des erreurs de numéro.

Mais plus que tout, plus que le fait de me sentir seul sans ami, c’est le fait de me sentir seul sans amour qui me chagrine le plus. Voila plus de 20 ans que je suis célibataire. J’ai eu quelques rares périodes où je peux dire que j’étais « en couple », la plus longue ayant duré 3 semaines, mais ces périodes n’arrivent pas a me sustenter. J’ai besoin de quelqu’un a mes cotés, qui pourrait me conseiller et me réconforter, ou même simplement être la. Et j’ai besoin de réconforter quelqu’un et d’être la pour cette personne.
En plus de ressentir un grand besoin d’affection, je me morfond à l’idée de n’avoir personne à qui penser le soir avant de m’endormir, personne à appeler pendant quelques heures après une dure journée (ça m’arrive d’avoir des dures journées, même en tant l’informaticien !). Ce manque  exacerbe évidement mes sentiments, ce qui fait, par conséquence, que je m’attache trop vite (amoureusement parlant, évidemment) à une personne avec qui une relation serait impossible, sans réfléchir. A partir de la, le cercle visqueux se forme, je me sépare de la personne aussi vite que je m’y suis attaché (toujours amoureusement parlant), et cette séparation ajoute un nouveau poids a ma solitude déjà pesante.

Voila donc un de mes nombreux complexe qui m’accablent au quotidien. J’ai bien conscience que cet article n’a sûrement rien d’intéressant pour vous, mais je pense qu’étant donné les événements que j’ai subis récemment, il m’était nécessaire de l’écrire, tout au moins pour me soulager, et imaginer qu’il existe peut-être des gens qui liront cet article et qui comprendront ce que je ressens.
C’est ainsi que je fais ma thérapie, qui est à mon goût plus avantageuse que de consulter des psys.

Partager :Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Share on Tumblr0Share on StumbleUpon0Pin on Pinterest0Share on Reddit0Email this to someone