Les avis de tonton Momo

Article où je donne mon avis, dans différents domaines

La Caz’ Retro

Vous le savez déjà sûrement, je suis un gros consommateur de jeux vidéo, Quel que soit le média : Jeux, livres sur le jeu, émission sur des jeux, live sur des jeux… En toute logique, j’écoute également des podcasts sur les jeux vidéo (mais pas que !).

Les podcasts sur ce média sont légions. Les bons podcasts, par contre, c’est déjà plus rare. Mais alors les podcasts qui sont bons dès leur lancement, ça se compte sur les doigts d’une main. Et encore, les petits doigts d’une petite main.

 

Je vais donc vous en présenter l’un d’entre eux, qui m’a vraiment tapé dans l’œil (enfin… dans l’oreille) dès la 1ere écoute, il s’agit de La Caz’ Retro.

 

Les membres de gauche à droite : Dopamine, Mikadotwix, Gerfaut, Loupign, Anfalmyr, Subby_kun, Professeur Oz et Biskot

 

La Caz’ Retro est une émission ayant commencé le 20 Octobre 2011. Elle réunissait plusieurs passionés de jeu vidéo, et avait pour but de faire découvrir les jeux rétros les plus marquants. Chaque podcast commençait d’ailleurs par ces mots : « Bienvenue sur le podcast de la Caz’ Retro, l’émission qui revient avec passion sur ces vieux jeux qui ont marqué une génération de joueurs, que ce soit par leur qualité, ou au contraire par leur médiocrité ».

 

On retrouve ainsi cette volonté de parler, non pas forcément de jeux en particulier, mais bien d’une époque dans laquelle on se replonge avec la Caz’ Retro !

 

L’équipe est composée de plusieurs personnes, et chaque podcast change les intervenants, selon les expériences de chacun.

 

Le podcast est composé de plusieurs parties, abordant différents points du jeu ou de la série évoquée, et vous pourrez donc connaître le 1er contact des intervenants avec le jeu en question, l’argus, les différentes anecdotes existantes, ce qu’en disait la presse à l’époque, et bien évidemment tout ce qui compose le jeu (histoire, gameplay, graphisme).

 

Ce que j’apprécie dans ce podcast, c’est qu’on ressent énormément la passion pour le jeu vidéo qui anime les membres, couplé au fait que tout se passe dans une ambiance très détendue. C’est bien simple, à l’écoute, on a qu’une envie : Discuter avec eux, participer, partager nos expériences. Et pourtant, même sans être sérieux, les émissions sont très pointues, et on peut donc se retrouver avec 1h30 pour parler simplement de Tetris. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à s’éloigner parfois des sentiers battus pour aborder des jeux pas ou peu traités en podcast : Zone of the enders, Castlevania Rondo of Blood ou Phantasmagoria.

 

A côté de ça, le site propose beaucoup de petits plus qui font la différence.

Par exemple, on retrouve régulièrement « La Caz’ Retour« , émission vidéo enregistré en live où un Cazeur joue aux jeux cités dans le podcast.

Chaque été, on peut aussi voir sortir des « Bonus Stage« , émission cette-fois ci plutôt dédié à une personne où un site internet.

Également, certains podcast « Hors série » ne sont pas dédiés à un jeu, mais à ce qui touche au jeu vidéo (Le multijoueur, les trucs et astuces, le passage à la 3D, les niveaux aquatiques).

Et honte à moi, j’ai oublié de parler du travail du Mr Biskot. Même si on le retrouve très peu dans les podcasts, ce dernier est toujours présent en tant que dessinateur, déjà car c’est le dessinateur des avatars des différents membres ainsi que de la bannière, et également par ses strips, tous les 15 jours, abordant avec humour différents aspects du retrogaming.

 

Enfin, environ une semaine avant chaque podcast, le Cazeur Mikadotwix propose une énigme sous forme d’image, indiquant le sujet du futur podcast. Et autant dire qu’il faut avoir l’esprit très tordu pour comprendre les énigmes proposées :

 

Il fallait deviner "Max Payne", comme vous vous en doutiez.

 

 

Pour conclure, si vous vous en souvenez, j’avais dit que Les démons du midi était un podcast que j’aurais rêvé de faire. La Caz’ Retro, c’est la même chose.

J’apprécie énormément leur travail, et il n’est pas rare que j’achète dans la foulée un jeu que je ne connais pas, après avoir écouté leur podcast. Il faut évidemment être assez penché sur le retrogaming pour apprécier, mais si c’est le cas, foncez, vous ne le regretterez pas.

 

Et n’oubliez pas, le retrogaming est l’avenir des consoles next-gen !

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone

The Blue Lion

L’image n’a rien à voir, mais je trouvais ça rigolo.

 

Aujourd’hui, je vais à nouveau vous parler d’un jeu de société appelé « The Blue Lion », et ça fera plaisir à un certain crocodile qui m’a fait découvrir le jeu !

Blue Lion est un jeu édité par Jactalea, réalisé par Bruno Cathala et Sylvain Duchêne, et illustré par Cyril Bouquet.

 

Le nom du Bruno Cathala devrait vous dire quelque chose, déjà parce qu’il est assez connu dans le milieu, et surtout parce que j’ai déjà parlé de lui dans mon article sur Okiya !

Encore une fois, comme beaucoup de jeu créé par cette personne, la mécanique se veut très simple et très accessible. C’est d’autant plus vrai ici puisque le jeu se compose de… 6 tuiles, recto-verso.

 

Oui, c’est tout. 6 bout de carton ayant un dessin différent de chaque côté. Autant dire que là, pour réussir à faire un jeu avec ça, faut quand même réfléchir 5 minutes.

Les tuiles, donc, peuvent avoir 4 dessins différents :

– L’inspecteur de police

– The Blue Lion (le diamant)

– Arsène Lupin

– Madame X

 The Blue Lion 1

 

The Blue Lion se joue à 2 joueurs uniquement, et les parties sont généralement rapide (moins de 10 minutes)

 

Attention, je ne vais pas trop insister sur les points de règles, mais faire dans le global.

Les 6 tuiles sont toutes disposées sur une même ligne, comme ceci :

The Blue Lion 2

 

Le but du jeu est de réaliser des combinaisons, un peu différentes pour les 2 joueurs :

Ceci représente les combinaisons possibles pour Madame X

Comme vous pouvez le voir, chaque combinaison remporte un certain nombre de diamants. Au bout de 7 diamants, la partie est terminée.

Évidemment, si vous avez un Bac + 10 en mathématiques de la physique nucléaire, ou alors fait une CE1, vous aurez compté que le total des combinaisons fait 6.

Et bien c’est normal, mes petits bouchons, c’est simplement qu’il est possible de réaliser plusieurs fois les combinaisons dans la partie !

Mais tout ceci est bien joli, mais je ne vous ai pas indiqué comme réaliser les combinaisons sus-mentionnées.

Chaque adversaire aura le droit de réaliser un mouvement parmi 3 :

– Intervertir 2 tuiles qui sont cote à cote, mais uniquement si cela n’implique pas une tuile à un bout (donc, les 4 tuiles du centre)

– Prendre une tuile à un bout, et l’amener à l’autre bout

– Retourner une tuile, sans avoir regardé au préalable ce qu’il y avait dessous, bien évidemment

Ces 3 actions sont très bien résumées sur l’aide de jeu fournie :

The Blue Lion 4

Et voila le jeu résumé, comme promis, rien de vraiment compliqué la dedans.

Le jeu est principalement basé sur la mémoire, et même si vous vous dites que ce n’est rien de retenir 6 petites tuiles, croyez-moi, quand on commence à les inverser dans tous les sens, c’est très difficile à suivre !

Comme pour Okiya, vous le trouverez facilement à moins de 10€, et il tiendra parfaitement dans la poche pour pouvoir l’amener avec vous !

Si vous hésitez encore, ou même que vous souhaitez une vidéo d’une partie, je vous invite une nouvelle fois à aller sur la fiche du jeu du site TricTrac.net, qui en parlera mieux que moi.

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone

Les démons du midi

Ceux qui me connaissent savent que j’ai une appréciation particulière pour la musique.

Et attention, je dis bien musique, et non pas chanson, sachant que pour moi : Musique + Paroles = Chanson

Ceux qui me connaissent un minimum savent aussi que j’ai une appétence de jeux vidéos assez prononcé.

Fatalement, quand on mélange ces 2 choses, on obtient : Les musiques dans les jeux vidéos.

 

J’ai toujours aimé les musiques de jeux, principalement les musiques de jeux rétro. En une série de notes (pourtant limité, les gammes n’allant pas à l’infini !), certains auteurs sont capable de nous faire voyager, nous faire ressentir diverses émotions, bref, agir sur nous.

Le problème, c’est que le monde de la musique est grand, et il est parfois compliqué de découvrir de nouveaux morceaux, surtout si on ne sait pas forcément quoi chercher. Il y a longtemps, j’avais justement essayé de faire un podcast sur No-Xice, à propos des musiques de jeux. Mon objectif était de partager les musiques qui me tenaient à cœur, mais également d’en découvrir de nouvelles, d’expliquer un peu le passif des gens qui se trouvaient derrière. Malheureusement, mon peu d’expérience couplé à une équipe qui n’avait pas forcément les mêmes intentions que moi ont fait que ce podcast n’était finalement pas terrible.

J’ai donc rongé mon frein pendant très longtemps, frustré que j’étais. Puis, un jour, en cherchant par hasard des podcast sur le jeu vidéo, je suis tombé sur ça : Les démons du midi (enfin, on y vient !)

 

Présenté par Pipomantis (de CanardPC) et Gautoz (de Gamekult), cette émission à lieu 1 fois par mois, pendant environ 2h (pour les plus récentes).

Durant chaque épisode, les animateurs vont présenter des OST de différents jeux, connus ou non, puis proposer une écoute de chaque morceaux choisis, dans son intégralité.

Ce que j’aime particulièrement, c’est que là ou certains auraient cédé à la facilité en choisissant uniquement des morceaux connus de tous, Pipomantis et Gautoz n’hésite pas à aller parfois piocher dans le franchement obscure. Entre jeux indés ou musique d’Atari 2600, il y en a pour tous les goûts, et une personne éclectique y trouvera son bonheur.

Pour aller un peu plus en détail sur l’émission, les épisodes sont thématique une fois sur deux. « Dix de chute », « Triviales poursuites », « Scènes de méninges », et s’axent donc autour d’une certaine catégorie de jeu ou de musique. Enfin, la dernière musique de chaque émission est une reprise d’un morceau en général assez connu, ce qui est une bonne occasion de découvrir une musique sous un nouveau jour.

 

Bref, cela me semble compliqué de vous expliquer concrètement une émission, je vous recommande donc de vous faire un avis par vous-même en suivant ce lien, mais si vous aimez la musique de jeux vidéo, vous devriez trouver votre bonheur.

 

 

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone
Page 1 sur 4123Dernière page »
Go to Top