Mèmes internet

the-internet-wallpaper

Si vous trainez un peu sur internet, vous avez forcément vu un ou plusieurs mèmes, et il est sensé de dire qu’il font quasiment partie de la « culture geek »

Mais un mème, qu’est ce que c’est ? Si on prend la définition Wikipédia :

Un mème (de l’anglais meme ; calqué sur gène, sans rapport et à ne pas confondre avec le français même) est un élément culturel reconnaissable répliqué et transmis par l’imitation du comportement d’un individu par d’autres individus. Source

 

Bon, la définition n’étant pas parlante, je vais vous l’expliquer plus simplement. Un mème peut plus ou moins s’apparenter à une idée/une phrase/une image/un support quelconque qui est repris dans divers contextes ou itérations.

Un exemple concret se situe souvent dans les phrases cultes de personnes connus (« C’est votre dernier mot », « Vous êtes le maillon faible », peuvent être considéré comme des mèmes).

Internet étant une vaste communauté de gens ayant beaucoup de temps à perdre, il est normal que ce lieu soit propice à la création de nouveau (et très nombreux) mèmes.

En règle général, les mêmes sont crées sur 4chan ou reddit. C’est 2 sites peuvent être considérés comme des fourre-tout, sorte d’annuaire aléatoire du web où la censure n’a pas lieu d’être (mise à part pour certains sujets extrêmes). 4chan est souvent cité comme étant la poubelle du web. Reddit est un peu la même chose, mais à le mérite de faire le tri sélectif.

Évidemment, bien d’autres sites peuvent voir émerger un mème, pour peu que ce soit suffisamment viral, et je serais d’ailleurs bien en peine de vous dire quel était le 1er mème internet.

Il existe plusieurs sites regroupant et expliquant les mèmes existants, comme le très bon knowyourmeme

Je n’ai pas grand chose à dire de plus sur ce que sont les mèmes, car les exemples suffisent en général. Je vous propose donc une sélection des plus connus (liste non exhaustive, bien sûr)

 


 

(suite…)

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone

La Caz’ Retro

Dhwib

Vous le savez déjà sûrement, je suis un gros consommateur de jeux vidéo, Quel que soit le média : Jeux, livres sur le jeu, émission sur des jeux, live sur des jeux… En toute logique, j’écoute également des podcasts sur les jeux vidéo (mais pas que !).

Les podcasts sur ce média sont légions. Les bons podcasts, par contre, c’est déjà plus rare. Mais alors les podcasts qui sont bons dès leur lancement, ça se compte sur les doigts d’une main. Et encore, les petits doigts d’une petite main.

 

Je vais donc vous en présenter l’un d’entre eux, qui m’a vraiment tapé dans l’œil (enfin… dans l’oreille) dès la 1ere écoute, il s’agit de La Caz’ Retro.

 

Les membres de gauche à droite : Dopamine, Mikadotwix, Gerfaut, Loupign, Anfalmyr, Subby_kun, Professeur Oz et Biskot

 

La Caz’ Retro est une émission ayant commencé le 20 Octobre 2011. Elle réunissait plusieurs passionés de jeu vidéo, et avait pour but de faire découvrir les jeux rétros les plus marquants. Chaque podcast commençait d’ailleurs par ces mots : « Bienvenue sur le podcast de la Caz’ Retro, l’émission qui revient avec passion sur ces vieux jeux qui ont marqué une génération de joueurs, que ce soit par leur qualité, ou au contraire par leur médiocrité ».

 

On retrouve ainsi cette volonté de parler, non pas forcément de jeux en particulier, mais bien d’une époque dans laquelle on se replonge avec la Caz’ Retro !

 

L’équipe est composée de plusieurs personnes, et chaque podcast change les intervenants, selon les expériences de chacun.

 

Le podcast est composé de plusieurs parties, abordant différents points du jeu ou de la série évoquée, et vous pourrez donc connaître le 1er contact des intervenants avec le jeu en question, l’argus, les différentes anecdotes existantes, ce qu’en disait la presse à l’époque, et bien évidemment tout ce qui compose le jeu (histoire, gameplay, graphisme).

 

Ce que j’apprécie dans ce podcast, c’est qu’on ressent énormément la passion pour le jeu vidéo qui anime les membres, couplé au fait que tout se passe dans une ambiance très détendue. C’est bien simple, à l’écoute, on a qu’une envie : Discuter avec eux, participer, partager nos expériences. Et pourtant, même sans être sérieux, les émissions sont très pointues, et on peut donc se retrouver avec 1h30 pour parler simplement de Tetris. Ils n’hésitent d’ailleurs pas à s’éloigner parfois des sentiers battus pour aborder des jeux pas ou peu traités en podcast : Zone of the enders, Castlevania Rondo of Blood ou Phantasmagoria.

 

A côté de ça, le site propose beaucoup de petits plus qui font la différence.

Par exemple, on retrouve régulièrement « La Caz’ Retour« , émission vidéo enregistré en live où un Cazeur joue aux jeux cités dans le podcast.

Chaque été, on peut aussi voir sortir des « Bonus Stage« , émission cette-fois ci plutôt dédié à une personne où un site internet.

Également, certains podcast « Hors série » ne sont pas dédiés à un jeu, mais à ce qui touche au jeu vidéo (Le multijoueur, les trucs et astuces, le passage à la 3D, les niveaux aquatiques).

Et honte à moi, j’ai oublié de parler du travail du Mr Biskot. Même si on le retrouve très peu dans les podcasts, ce dernier est toujours présent en tant que dessinateur, déjà car c’est le dessinateur des avatars des différents membres ainsi que de la bannière, et également par ses strips, tous les 15 jours, abordant avec humour différents aspects du retrogaming.

 

Enfin, environ une semaine avant chaque podcast, le Cazeur Mikadotwix propose une énigme sous forme d’image, indiquant le sujet du futur podcast. Et autant dire qu’il faut avoir l’esprit très tordu pour comprendre les énigmes proposées :

 

Il fallait deviner "Max Payne", comme vous vous en doutiez.

 

 

Pour conclure, si vous vous en souvenez, j’avais dit que Les démons du midi était un podcast que j’aurais rêvé de faire. La Caz’ Retro, c’est la même chose.

J’apprécie énormément leur travail, et il n’est pas rare que j’achète dans la foulée un jeu que je ne connais pas, après avoir écouté leur podcast. Il faut évidemment être assez penché sur le retrogaming pour apprécier, mais si c’est le cas, foncez, vous ne le regretterez pas.

 

Et n’oubliez pas, le retrogaming est l’avenir des consoles next-gen !

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone

Les Game Jam

df3594fa3dbb566834817fd82331b286_large

Bon… Je m’étais promis, qu’un jour, je ferais des articles un peu plus long que la moyenne, et à caractère réellement informatif.

Pas le genre d’article que je peux écrire en 15 minutes, en donnant vaguement mon avis sur quelque chose, quoi.

 

Du coup, j’ai décidé de le faire sur un genre d’événement qui prend de plus en plus d’ampleur : Les Game Jam.

Game Jam veut dire littéralement : Confiture de jeux. Voila c’est tout, à la prochaine !

 

Bon, pour expliquer simplement, en reprenant la définition de wikipédia : Une game jam (game jam est parfois utilisé avec le genre masculin) est un hackathon avec pour thème le jeu vidéo. C’est une rencontre de développeurs, dessinateurs, compositeurs de musique, game designer et de tout autre métier relatif aux jeux vidéo. Les participants forment des équipes pour créer un jeu vidéo en temps limité, généralement le temps d’un week-end, sur 24 à 72 heures. Des prix peuvent être attribués à la fin de la game jam.

 

Le principe est donc de réaliser rapidement un jeu vidéo. La game jam peut avoir un thème, des contraintes, etc.

 

Une bonne Game Jam, c'est 60% d'inspiration, et 80% de transpiration

 

Historiquement, la 1ere Game Jam daterait de Mars 2002. A cette époque, les développeurs de jeu Chris Hecker (ayant notamment travaillé sur Spore) et Sean Barrett créèrent un moteur de jeu capable d’afficher un grand nombre d’éléments graphiques (sprites). Afin de pouvoir tester leur moteur rapidement, ils invitent plusieurs développeurs de jeux à venir tester leur moteur, en créant des petits jeux dessus.

 

Le concept est ensuite repris par différents groupes, en mettant en place plus de règles et de limites, afin d’en faire un « concours » à part entière. Voici quelques exemples de Game Jam

 

Ludum Dare

Gamejam2

 

Le Ludum Dare fut créé par Geoff Howland, en Avril 2002.

Le but était ici de créer des jeux dans une période de temps donnée, et via un thème imposé.

La 1ere édition se déroulait en 24h, temps qui a été rallongé à 48h dès la 2eme édition.

Chaque développeur était seul sur sa création, et devait tout créer de A à Z, que ce soit le code, le graphisme ou même les sons.

 

Pour la 18eme édition du Ludum Dare, une variante fut ajouté, en parallèle, appellée « The Jam ». La Jam fonctionne comme le Ludum Dare original (appelée Compo), mais propose des modifications : Il est désormais possible de travailler en équipe, d’utiliser des ressources ou des moteurs déjà existants, et le temps est rallongé à 72h.

Le Ludum Dare à désormais lieu 3 fois par an : En Avril, en Août et en Déçembre, auquel s’ajoute des minis Ludum Dare, ayant lieu tous les mois, plus souple sur les conditions, notamment pour le temps de création.

 

A la fin du temps imparti, les jeux sont jugés par le public pendant 3 semaines, afin de décerner les 2 gagnants, pour le Compo et le Jam. Les jeux sont jugés sur différents critères, comme le respect du thème, l’innovation, l’audio ou l’humour.

Il n’y a aucun prix physique décerné au gagnant, même si il devient de plus en plus courant que les gagnants voient leurs jeux vendu par la suite si le concept à beaucoup plu.

On peut par exemple citer le cas de Evoland de Nicolas Cannasse (gagnant Compo du Ludum Dare 24 ayant pour thème « Evolution ») ou The Sun and Moon de Daniel Linssen (gagnant Compo du Ludum Dare 26 ayant pour thème « Beneath the surface »)

 

Récemment, le Ludum Dare 32 a eu lieu avec le sujet « An Unconventional Weapon », et les jeux sont d’ailleurs en cours de vote, si cela vous intéresse

 

Quelques exemples de jeux créés lors du Ludum Dare :

 

Global Game Jam

GameJam3

 

La Global Game Jam (GGJ) existe depuis Février 2009, et a lieu une fois par an. La plus grande différence avec le Ludum Dare vient du fait que pour participer, il est nécessaire de se rendre aux endroits partenaires de cette Game Jam, et il n’est donc plus possible de créer son jeu tout seul chez soi.

Cependant, il faut bien comprendre que c’est la même Game Jam qui a lieu à plusieurs endroits précis dans le monde.

Cette Game Jam est elle aussi soumis à un thème imposé, auquel s’ajoute des objectifs facultatifs, mais permettant aux candidats de se forcer à réfléchir autrement sur leur jeu (par exemple, faire un jeu jouable sans les mains)

La durée de cette Game Jam est elle aussi de 48h, et fonctionne généralement en équipe, même si les participations en solitaire sont possibles. Chacun propose ses idées, et les équipes se forment alors selon les affinités.

 

Indie Game Jam

GameJam4

 

Alors que les Game Jam cherchent en général en créer de nouveau jeu, en se reposant parfois sur des acquis ou des genres qui fonctionnent, l’Indie Game Jam (IGJ), existant depuis 2002, cherche principalement à créer des prototypes.

En effet, l’objectif ici n’est pas forcément de créer des jeux, mais plutôt de trouver des mécaniques de jeu innovant par rapport à certaines restrictions imposées.

Par exemple, en 2003, les participants devaient créer des prototypes dont l’interaction se limitait à une ombre projeté sur un mur

 

Autres Game Jam

 

L’objectif n’est pas ici de répertorier toutes les Game Jam existantes, ce qui serait impossible.

En effet, chacun peut tout à fait créer sa Game Jam dans son université ou son entreprise, et c’est d’ailleurs ce qu’avait fait Ubisoft avec le Ubisoft Game Challenge.

Il y a eu aussi, récemment, la Construct 2 Game Jam, une Game Jam s’articulant autour du logiciel Construct 2, qui est utilisé pour créer de manière plus simple des jeux vidéos.

 

On peut aussi noter l’existence de Game Jam à but humoristique, comme la Flappy Jam et la Candy Jam, 2 Game Jam ayant eu lieu suite aux affaires sur Flappy Bird et Candy Crush.

 

 

 

 

D’un point de vue personnel, c’est une expérience que j’aimerais bien vivre au moins une fois, ayant toujours été passionné de jeux.

Malheureusement, pour le moment, mes compétences en informatique ne me le permettent pas, mais je garde espoir !

 

N’hésitez pas à m’informer si j’ai oublié une Game Jam importante, ou si j’ai fait une coquille, ce n’est pas forcément un domaine que je maîtrise !

Partager :Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on TumblrShare on StumbleUponPin on PinterestShare on RedditEmail this to someone
Page 1 sur 33123102030Dernière page »
Go to Top